Vous êtes ici : Accueil > Agroenvironnement > Agroécologie > AGLAE > Fauchage - andainage multi-espèces : une solution pour le cultures à récolte compliquée

Fauchage - andainage multi-espèces : une solution pour le cultures à récolte compliquée

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Motivations

En plus de mon exploitation, je possède une entreprise de travaux agricole qui m’amène à intervenir chez d’autres exploitants. Depuis quelques années, de nouvelles cultures se sont développées dans le secteur en agriculture biologique et en conventionnel (pois chiches, lentilles, lin, etc..). Certaines de ces cultures sont indéterminées c’est-à-dire que le cycle ne s’arrête pas et la plante reverdit quand les conditions sont humides. De plus, ces nouvelles cultures n’ont pas toujours des solutions de désherbage chimique efficaces ce qui complique parfois le chantier de récolte. Dans une situation où le salissement d’une parcelle est important et où nous sommes confrontés à des impasses techniques de désherbage, il s’agit d’empêcher le plus possible les impacts de ce salissement sur la qualité de récolte. C’est pour cette raison que je me suis équipé d’une faucheuse andaineuse.

Mise en pratique

Le fauchage – andainage - Ma façon de faire

Cette technique de récolte a été testée sur beaucoup de cultures depuis deux ans : colza semence, luzerne semence, lin, pois chiche, lentille, orge et chia.

  • Le fauchage andainage :

Exemple sur pois-chiche :

Stade d’intervention : le fauchage peut se réaliser dès qu’il n’y a plus de graines vertes dans les gousses. Sinon, les graines restent vertes et ne murissent pas. « Il faut faucher ni trop tôt, ni trop tard pour éviter le risque d’égrenage quand c’est trop sec ». Dans le cas de Pois chiche Kabuli (blancs), le salissement en fin de cycle peut dégrader la qualité de la récolte en tachant les grains. Avec le fauchage, l’ensemble de la marchandise est collectée sèche ce qui permet d’éviter ce risque.

Réglage de la faucheuse : l’andain doit être dressé avec les gousses vers le haut. Cela limite les risques de dégradation de la récolte en cas de pluie. Pour cela il faut jouer avec la vitesse des tapis de la faucheuse (ni trop lent, ni trop rapide) pour que la marchandise sorte correctement de la machine.

  • La récolte :

Exemple sur lin :

Je possède un pick-up pour reprendre les andains. C’est beaucoup plus efficace qu’une coupe classique. La récolte est réalisée entre 7 et 10 jours plus tard en fonction du temps et quelle que soit la culture. « Dans le cas du lin cette année avec la canicule, la récolte s’est même faite seulement 4 jours après le fauchage ». Pour le lin, la technique du fauchage andainage montre tout son intérêt. « Chez un de mes clients en bio a décidé de ne plus s’embêter à récolter lui-même le lin quand il a vu avec quelle facilité nous avons récolté son champ cette année ».

Réseau & partenariat

  • Témoignage élaboré en partenariat avec la coopérative Qualisol

L'exploitation

Le témoignage de Joël Coureau en vidéo

AGLAE : Fauchage - andainage multi-espèces : une solution...

Occitanie, Aude, Gérer la flore adventice, Leviers-agroécologiques
Durée : 04'48