Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Fièvre hémorragique de Crimée-Congo : adopter dès à présent les bons gestes pour se protéger !

Fièvre hémorragique de Crimée-Congo : adopter dès à présent les bons gestes pour se protéger !

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

En octobre 2023 et pour la première fois en France, le virus de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo (FHCC) a été détecté dans des tiques de l’espèce Hyalomma marginatum collectées sur des bovins dans les Pyrénées-Orientales et en Corse.

 

La FHCC est une infection causée par un virus qui peut provoquer chez l’humain de la fièvre, des frissons, des troubles digestifs et, dans de rares cas, une maladie hémorragique avec des saignements incontrôlés.

Bien qu’aucune contamination humaine n’ait été signalée sur le territoire à ce jour, il convient, en période estivale, d’adopter les bons gestes pour se prémunir contre ce virus.

 

Comment se transmet la FHCC ?

Le virus FHCC se transmet le plus souvent par la piqûre d’une tique Hyalomma marginatum infectée par le virus. Cette espèce de tique est plus grosse que les autres espèces que l’on retrouve en France. Ses pattes sont rayées et elle peut atteindre 8 mm à l'âge adulte. Installée en Corse depuis de nombreuses années, elle est également présente depuis une dizaine d’années sur l’ensemble du littoral méditerranéen français (Pyrénées-Orientales, Aude, Hérault, Gard, Ardèche, Drôme, Bouches-du-Rhône, Var, Alpes-Maritimes).

 

Comment s’en prémunir ?

La principale manière de se protéger contre la FHCC est d'éviter les piqûres de tique en adoptant les mesures de protection individuelle, au printemps et en été, dans les lieux où la tique est installée (zones sèches de garrigues et de maquis, pâtures, chemins de randonnée, champ, cultures, vergers, vignes, etc.) :

  • Porter des vêtements couvrant les jambes et les bras, de couleur claire de préférence pour mieux voir la tique
  • Porter des chaussures fermées
  • Inspecter régulièrement son corps et celui des enfants
  • Disposer d’un tire-tique ou une pince fine pour retirer la tique rapidement en cas de piqûre

Les répulsifs cutanés ayant une efficacité limitée, leur utilisation ne doit pas se substituer aux mesures de préventions citées ci-dessus.

 

Que faire en cas de piqûre ?

En cas de piqûre par une tique et après l’avoir retirée (avec un tire-tique ou une pince fine) et désinfecté le point de piqûre, photographiez la tique si vous le pouvez.

Dans les 14 jours après la piqûre et si vous déclarez brutalement l’un des symptômes mentionnés ci-dessus, consultez un médecin en indiquant avoir été piqué par une tique et en lui montrant la photo.